CHOISIR

La vie est  un complexe routier infini et les différents choix que nous faisons en constituent les carrefours, les bifurcations, qui sont, en fonctions des choix, plus ou moins grandes. Je suis arrivée à l’une d’elles cette année, l’une de celle qu’on appelle « grande bifurcation ». Ce fut un des choix les plus importants que j’ai eu à faire puisque cela fait presque un an que ce choix mûrit, prend de la place, accapare mon esprit. Vous l’aurez sans doute deviné, il s’agit du choix qui préoccupe tous les jeunes de 17-18 ans : celui de l’orientation post bac. Plus qu’un choix scolaire, il s’agit d’un choix entre passions, ou plutôt entre passions et raison, entre différents traits de personnalités, entre parties de nous-même, le tout étant influencé par des agents extérieurs… Impossible me direz-vous ? Et pourtant pour 684 734 lycéens cette année en France, il a fallu prendre des décisions, éliminer, classer, privilégier. Notre destin dépendant au final d’un logiciel…

Que choisir ? Quelles études sont susceptibles de me plaire ? Dans lesquelles  vais-je m’épanouir ? Lesquelles me feront me sentir à ma place, pleinement moi ? Quels métiers respectent mes valeurs ? Voilà les principales questions que nous nous posons. Et nous ne sommes pas aidés puisqu’à celles-ci viennent s’ajouter celles liées aux conséquences de notre société moderne : l’insécurité de l’emploi. D’ailleurs, nous en sommes aujourd’hui arrivés à un tel point de pessimisme que nous raisonnons négativement : Avec quel métier aurais-je le salaire le moins bas ?  Avec lequel risque-je le moins de me retrouver sans emploi ? Quels études ont à la sortie le taux d’emploi le moins faible ?

Nous raisonnons par chiffres, statistiques, pourcentages, probabilités, graphiques, fonctions pour mettre de la cohérence, essayer de faire le choix le plus sur, le plus « raisonnable ». Ces chiffres nous rassurent, nous donnent du contrôle, une impression de maîtrise alors qu’ils ne représentent en realité personne. Et pourtant, ces mathématiques incertaines influencent nos choix, nos vies. Comment pouvons-nous nous laisser guider par des chiffres ? Ne serait-ce pas à nous et nous seuls, indépendamment de toute influence extérieure de décider de ce qui est bon pour nous, pour notre vie, notre bonheur? En fait il s’agit du bon vieux débat d’échelle de valeur entre les sciences et les lettres… entre certitudes et aléatoire, entre rationalité et passion.

Bref, trêves de rhétoriques, de sérieux, revenons à nos moutons : la description de ce blog, le premier article. Sur ce blog je n’ai pas envie de faire de choix, je veux tout mélanger, parler de mes différentes passions à savoir le dessin, la photographie, les voyages, la mode, l’écriture, le monde… en faisant abstraction des chiffres, des probabilités. En étant tout simplement moi. Peut-être est-ce trop ambitieux, on verra bien… en tout cas l’aventure commence. 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s